Aubin Le Bihan - 23 rue du Château - 23250 Saint-Georges-la-Pouge

Tél. : 09 50 46 66 46 - 06 45 33 07 40 - auninlebihan@laposte.net / www.aubinlebihan.fr

© 2015 Conception - réalisation : Design’up communication // Tous droits réservés

BIENVENUE

PRÉSENTATION

PRESTATIONS

ALBUMS

Bienvenue sur le site officiel d’Aubin Le Bihan

CREUSE | LIMOUSIN | FRANCE

La nature ma passion, la pêche une vocation

Bonjour,

Passionné, depuis l’enfance, par la pêche et les milieux aquatiques, je suis devenu Moniteur Guide de Pêche dans le département de la Creuse où la  nature y est encore préservée. Celui-ci est irrigué par de nombreuses rivières dont la Creuse qui le traverse de part en part. Avant de vous faire découvrir mes services, je vais me présenter.

Né le 7 juin 1987 en région parisienne, mes parents s’installent en Creuse pour des raisons professionnelles. Vers l’âge de 4-5 ans, mon père  commence à nous emmener le long de la Creuse taquiner les petits vairons et goujons avec mon petit frère

Présentation/

Bonjour,

Passionné, depuis l’enfance, par la pêche et les milieux aquatiques, je suis devenu Moniteur Guide de Pêche dans le département de la Creuse où la  nature y est encore préservée. Celui-ci est irrigué par de nombreuses rivières dont la Creuse qui le traverse de part en part. Avant de vous faire découvrir mes services, je vais me présenter.

Né le 7 juin 1987 en région parisienne, mes parents s’installent en Creuse pour des raisons professionnelles. Vers l’âge de 4-5 ans, mon père  commence à nous emmener le long de la Creuse taquiner les petits vairons et goujons avec mon petit frère Aurélien, qui aujourd’hui est devenu un bon pêcheur avec qui je prends énormément de plaisir au bord de l’eau.

Les années passent et cette passion pour la pêche et les milieux aquatiques ne fait que grandir. A l’âge de 10 ans, à Noël, la famille nous offre notre première grande canne de 7 mètres (elle nous paraissait mesurer des kilomètres pour mon frère et moi) et d’autres accessoires de pêche au coup (bourriche, panier siège, monture…). Nous pêchions alors dans l’étang d’une tante où des carpettes et des jolies perches étaient en abondance.

 

Puis vers l’âge de 12-13 ans, mon père nous offre à mon frère et moi notre premier lancer ; rien de très sophistiqué, mais cela nous permettait d’aller chercher les poissons plus loin, et ainsi de capturer des poissons aux dents pointues (carnassiers).

Je me souviendrai toute ma vie d’une journée de pluie au barrage de Champsanglard.En effet, enfermé dans le camping car, je devais faire mes devoirs d’anglais alors que mon frère « libre » pêchait. Frustré, je le voyais, par la fenêtre, sortir pratiquement une perche à chaque lancer. Les devoirs terminés, je me suis empressé d’aller pêcher jusqu’à la nuit !!!

Lors de mes sorties de pêche, j’entendais beaucoup de pêcheurs parler de la truite fario qui était pour moi un poisson sauvage mystérieux que seuls les bons pêcheurs pouvaient capturer. C’est alors que je me suis mis à pêcher de plus en plus dans les rivières. Mon père ayant déménagé à Aubusson, la Creuse et la Rozeille sont devenues mes terrains de jeux favoris. Je ne dormais pas la veille de l’ouverture ; à peine le jour levé, je lançais un tas de cuillères et j’étais heureux de prendre des truites. Ce n’est que par la suite que je me suis rendu compte qu’il s’agissait de poissons de pisciculture. Et par conséquent, je n’avais encore jamais attrapé « la truite ». Depuis, j’ai attrapé de « vraies » truites mais je ne suis pas d’accord avec les lâchers de truites, souvent dépourvues de nageoires, à force de tourner en rond dans les bassins de piscicultures. A mon sens, mon département dispose d’espaces suffisamment vastes et préservés de toutes pollutions pour éviter d’introduire des poissons destinés uniquement à satisfaire certains pêcheurs. C’est avec cette éthique de préservation des espèces emblématiques et de gestion du patrimoine naturel que je vous accompagnerai.